Le Tabernacle de Gloire Honore le journal Le Floridien

Le dimanche 10 mars, Gregory Toussaint a honoré Ferdinand Dessalines. Le pasteur du Tabernacle de Gloire a remis une plaque d’honneur au directeur et fondateur du journal Le Floridien, l’un des rares journaux haïtiens à être publié en Floride.

« Il est dans nos habitudes au Tabernacle de Gloire d’honorer des gens qui entreprennent quelque chose de positif et de durable. Cela fait près de 12 ans que nous lisons l’actualité de la communauté haïtienne de la Floride et celle d’Haïti dans les colonnes du Floridien. Nous honorons aujourd’hui ce journal pour son œuvre dans la communauté», a déclaré le pasteur Toussaint avant de remettre la plaque d’honneur à M. Dessalines.

« Il est facile de détruire, cela ne demande pas beaucoup d’effort ni d’imagination, mais construire est bien plus difficile. Quelqu’un peut prendre 20 ans à construire une entreprise et un autre peut la détruire en un jour. La Bible dit d’honorer les frères, mais ici nous croyons que ce commandement va au-delà des quatre murs de l’église, nous l’étendons à ceux de notre communauté qui font un travail constructif », a ajouté le révérend.

Pour sa part, l’éditeur du bimensuel s’est dit honoré par cette plaque d’honneur que le Tabernacle de Gloire lui a remis. « Puisque c’est une église qui m’a remis cette récompense, je considère que c’est Dieu lui-même qui me l’a donné, qui me récompense pour ce que j’ai accompli dans cette communauté », a déclaré le journaliste qui assistait le dimanche 10 mars au premier service du Tabernacle de Gloire.

Très impressionné par la structure et l’organisation de cette assemblée chrétienne multiculturelle, il a déclaré que c’est une église haïtienne où il pourrait « amener n’importe quel étranger sans crainte ».

« J’ai été ébloui par le service d’adoration, par le sermon du pasteur, je pense que c’est une église à découvrir non seulement pour sa structure, son organisation, mais je pense que lorsqu’on vient ici, on reçoit un message pouvant vous édifier », indique-t-il lors d’une interview au website du Tabernacle de Gloire www.tabernacleofglory.net.

« Je pense que le Tabernacle de Gloire fait la fierté de la communauté haïtienne dans le domaine religieux tout comme Le Floridien le fait dans le domaine de la presse », ajoute-t-il.

Revenant sur ses débuts avec Le Floridien, M. Dessalines se rappelle que beaucoup lui ont promis que son journal ne ferait pas long feu. « On m’avait dit que cela ne marcherait pas parce que les Haïtiens à Miami ne lisaient pas, que c’était une communauté composée en grande partie de boat-people ».

« Mais je ne m’étais pas laissé décourager. J’avais remarqué qu’avec les troubles politiques de 1991 en Haïti, qui avaient poussé une multitude de jeunes très instruits à s’expatrier, une nouvelle génération d’immigrants se formait en Floride. Personnellement j’aime lire et je connais beaucoup d’autres personnes qui aiment lire alors je me suis lancé et voilà », se souvient Ferdinand Dessalines.

Ancien collaborateur de « Haïti En Marche », Ferdinand Dessalines a décidé de créer son propre journal au retour en Haïti du journaliste Marcus Garcia, propriétaire de l’hebdomadaire cité plus haut, qui avait vécu en Floride pendant un certain temps avant de rentrer au bercail.

« Ce qui m’a davantage poussé à lancer Le Floridien était la publication du « Census 2000 » qui a indiqué que plus de 300 000 Haïtiens vivaient au Sud de la Floride. Je me suis dit si je pouvais compter sur au moins 50 000 d’entre eux pour prendre un journal, ce serait déjà bien », explique M. Dessalines.

« Au départ ce n’était pas facile parce que je n’avais pas d’expérience dans l’édition. C’est une chose d’écrire un texte et de le remettre au Nouvelliste ou à Haïti en Marche, c’est autre chose que de l’éditer. Donc j’ai appris en cours de route. Autre chose qui m’a permis de progresser est que je n’ai pas peur des critiques. Si la critique est réaliste et objective, j’y prêterai attention et j’en tiendrai compte », confie M. Dessalines.

Le Floridien a été lancé le 21 janvier 2001. C’est un journal bimensuel et trilingue (Français, créole, anglais) qui couvre l’actualité de la communauté haïtienne de la Floride et d’Haïti. Il est distribué gratuitement.

« En 12 ans, Le Floridien a fait du chemin. Nous avons beaucoup progressé compte tenus des obstacles auxquels nous faisons face mais nous le faisons par amour du métier de journalisme », conclut Ferdinand Dessalines.

Ferdinand Dessalines est parmi une flopée de personnalités de la communauté haïtienne de la Floride et d’Haïti que le Tabernacle de Gloire a honorées au cours des deux dernières années. Parmi lequel on peut citer le maire de North Miami André Pierre, le CEO de Azure Collège Johnson Napoléon, le chef de Police de North Miami Marc Elias Jr, Régine Monestime (North Miami City Attorney), le Councilman Rodrigue Marcellus, l’entrepreneur Nelson Voltaire dit Piman Bouk et tout récemment l’acteur et publiciste Smoye Noisy.

« Nous honorons ces figures de proue de notre communauté non seulement pour leur travail positif mais aussi parce que nous jugeons nécessaires de présenter des modèles de réussite à la jeune génération, leur montrer que des Haïtiens aussi peuvent accomplir de grandes choses aux Etats-Unis ou ailleurs», a indiqué le Pasteur Toussaint au cours d’une de ces cérémonies.

Jonel Juste